.RU

du radical bell-, dont on a dérivé 14 autres, et 2 mots du radical pulcr- - Étude comparative d'un champ conceptuel

du

radical bell-, dont on a dérivé 14 autres, et 2 mots du radical

pulcr-

(les deux archaïques). — En roumain, il y a 2 termes originaires

du

radical form- (frumos) qui a

servi

de base à 6 dérivés nouveaux. Le noyau du champ y est donc le plus homogène

et

le plus resserré. Cet extrême semble cependant désavantageux car, pour distinguer la beauté d'un degré élevé de la beauté moyenne, le roumain doit recourir, plus souvent que

d'autres langues, à des moyens Tableau 2

autres

que lexicaux, surtout à Noyau du champ

langues

le nombre

de radicaux

de mots

latin espagnol français italien roumain

6 5 2

1(+1)* 1

42 24 15

16 ( + 2)* 8

l'intonation.



*Los mots dérivés à partir du radical pulchr- sont sortis de l'usage.

4° Certaines Mires se sont con­sidérablement

enrichies.

Pour ' désigner une beauté supérieure, il

a

'y avait en latin

que

39 mots (8

radicaux)

formant 2

groupes

tandis que, en

espagnol,

il

y

a 97 mots (41 radicaux) répartis en (> groupes, en français. 70 mots (44 radicaux)

divisés en



7 groupes,

en

italien

106

mots (43 radicaux) formant 6 groupes,

en roumain,

102 mots (41 radicaux) divisés en 6 groupes.

L'importance des aires particulières, leurs étendues, leurs structures, la fréquence de leurs membres, etc. diffèrent d'une langue romane à l'autre malgré de nombreuses analogies. Les mots dérivés à partir des mêmes radicaux dans les différentes langues ne figurent pas toujours dans les aires correspondantes. Les mots qui disparaissent dans une ou

plusieurs

langues, restent dans d'autres (cf. table 1). Cette tendance

divergeante s'est

manifestée clairement dans l'évolution du centre du champ: sont les plus fréquemment employés les mots dérivés de pulchr- en latin, de form- en espagnol (ou il y a une forte concurrence de bell-) et en roumain, de bell- en italien et en français (où cependant les mots du radica)

jol'

ont la même importance).

Le nombre des mots dérivés à partir de certains radicaux diffère considérable­ment d'une langue à l'autre. Sans parler des différences entre le latin d'une part

163

et les langues romanes

de

l'autre (étant donné qu'il s'agit d'étapes historiques très éloignées), on peut constater que

du.radical

orn-,

il y

a 17 mots en italien, mais seulement 8 en espagnol, (S en français et 5 en roumain; à partir de gral-, on a dérivé 9 mots en italien, 8 en espagnol, mais seulement 3—4 dans les autres langues romanes; de

brill-,

4

en espagnol, mais 1. ou 2 dans les autres langues.

Relativement

beaucoup

de

mots ne figurent que dans le champ conceptuel de la beauté d'une seule ou de deux langues où quelques-uns d'eux ont de nombreux dérivés: En français, il y a par exemple 13 mots du radical jol- et 11 mots

du

radical rnign-, en italien, 5 mots du radical leggiadr-, en espagnol, 6 mots du radical don-, en espagnol et en italien, 5 mots du radical lind-.

Le nombre d'emprunts faisant partie du champ conceptuel de Ja beauté diffère aussi d'une langue romane à l'autre. Sans compter les latinismes et les emprunts des autres langues romanes, il y en a en espagnol 47 (15 radicaux), dont 13 mots (4 radicaux) d'origine germanique, 10 mots (4) d'origine arabe, 6 mots (2) d'autre origine et 17 mots (5) d'origine inconnue; en français 24 mots (18 radicaux), dont 4 (3) d'origine anglaise, 4 (3) d'origine allemande, 5 (2) d'autre origine et 11 (10) d'origine inconnue; en italien 27 mots (8 radicaux), dont 22 (7) d'origine germa­nique et 5 (1) d'origine grecque; en roumain 59 mots (21 radicaux), dont 31 (10) d'origine slave, 12 (5) d'origine grecque, 8 (3) d'origine

magyare

et 8 (3) d'autre origine.

On voit donc que les langues romanes étudiées diffèrent de façon substantielle

quant

à l'origine des emprunts. Tandis qu'en italien les emprunts proviennent presque exclusivement du germanique, en roumain surtout des langues slaves, l'espagnol est caractérisé par la participation à peu près égale des emprunts de

l'arabe,

du germanique et, de même que le français, par un haut pourcentage de mots

d'origine

inconnue.

Quant au nombre des emprunts, on constate que le roumain et l'espagnol, c'est-à-dire les langues romanes les plus éloignées

du

centre de la Romania, sont plus riches en emprunts que l'italien et le français.

5° Dans toutes les langues romanes, le nombre des aires a augmenté. L'enri­chissement lexical, dû, entre autre, à la fantaisie des écrivains désireux d'expri­mer leur enchantement par la beauté d'une manière nouvelle et originale, a con­tribué non seulement à agrandir certaines aires, mais encore à les spécialiser, donc à former des sous-groupes dont quelques-uns ont fini par devenir indépen­dants de leurs aires ,,maternelles“ (cf.

ci-dessous).

Le. développement des champs conceptuels, leur enrichissement, la spécialisation de leurs parties, la répartition de ces dernières en sous-groupes, etc. tout cela est facilité par la polysémie des mots qui en sont les membres. Un seul mot peut appartenir, par ses diverses acceptions et diverses nuances de son sens, non seulement à plusieurs champs, mais encore à plusieurs aires du môme champ, par exemple les intensifs latins perpideher. pervenustus, perlepidus, perlepide, perbelle, etc., tout en apparte-

164

nant au centre par suite de leur parenté étymologique avec pidcher, etc., font en même temps partie du groupe de mots désignant une beauté supérieure, et cela par l'intensité de leur dominante. Il en est de même en roumain où l'intensité s'exprime par prea (prea frumos). On trouve un phénomène analogue en espagnol, qui dispose du préfixe intensif re- (reguapo, relindo), et en italien qui se sert des suffixes -issimo (bellissimo) et -errimo (pulcherrimo) et du préfixe stra- (strabello). Les membres d'un champ peuvent se regrouper, les aires, diminuer ou accroître, se répartir et se concurrencer mutuellement (cf. encore 8°).

6° Les expressions de la beauté peuvent être groupées non seulement d'après divers types et degrés de la beauté (beauté parfaite, extraordinaire, moyenne, agréable, séduisante, chic, ornementale, etc.), mais encore d'après ce qu'elles peu­vent qualifier (hommes, femmes, enfants, différents objets, vêtements, paysages, œuvres d'art, style, etc.). Il va sans dire que la plupart des mots étudiés ont un emploi très large, mais il y a aussi des termes assez spécialisés. On ne peut guère employer que pour qualifier la taille les expressions suivantes: en espagnol, pino de oro, bien proporcionado (formado, conformado, sacado, apersonado); en fran­çais fait au moule (tour), moulé, tourné, formé, découplé, bien fait (proportionné, pris, taillé, conformé, balancé, bă ti, charpenté, foutu); en italien, formoso. formo-sità, ben

fatto

(conformalo, proporzionato, modellato); en roumain, trupes, ară tos, chipes, chipos, voinic, Iras

prin

inel, brad, bine fă cut, lă ial, légat, pioportionat. — II y a des termes qui trahissent la prédilection pour la plénitude des formes, par exemple fr. potelé,

girond,

et d'autres, plus nombreux, qui révèlent le goût opposé: esp. esbelto, fr. svelte, léger, il.

svelto,

slancialo, roum. zvelt. — Des observations analogues pourraient être faites à propos des expressions concernant la beauté du visage, de vêtements, de qualités spirituelles ou morales, etc.

7° Comme la beauté peut émouvoir, les termes qui la désignent ou la qualifient impliquent souvent un élément affectif. Or le champ de la beauté — ainsi que tous ceux où l'affectivité joue un rôle important — possède une grande force attractive. Il attire de nombreux mots des champs voisins. Sauf les mots qui y ont pénétré dans toutes les langues romanes (cf. ci-dessus 1e b), il y a beaucoup d'autres termes qui sont spécifiques pour une seule langue, par exemple: esp. bonito, guapo, boato . . ., français

joli,

chouette, smart. . ., it. sfarzo, sfoggio, scialo . . ., roum. fală , mîndru, alai, vră jit. . . D'autres expressions existent dans deux ou trois langues étant héritées du latin ou bien empruntées parallèlement ou successivement et parfois indirectement. En étudiant les différences de cette sorte, on pourrait découvrir, croyons-nous, la coïncidence entre les traits caracté­ristiques d'une nation et de son lexique. Nous espérons y revenir et, dans le présent article, nous nous contentons de constater que, par exemple, en espagnol, il y a parmi les expressions de la beauté un groupe de mots dans lesquels l'idée de l'audace et de la vaillance, accompagnée parfois par celle de la fierté ou celles de la générosité et de la largesse, représente un élément notionnel très impor-

165

tant puisque dominant dans le sens de base de ces mots: bizarro, gallardo, gar-boso, arrogante, guapo. On pourrait peut-être l'expliquer par le fait qu'en Castille, plus qu'ailleurs, on appréciait la vaillance et la largesse parce que, dans ce pays pauvre et ravagé trop souvent par les guerres, on avait besoin de gens courageux

et

libéraux. — En français, le nombre et la fréquence des mots désignant l'é­légance et la beauté des vêtements et de la taille est relativement élevé. En effet, ces qualités sont toujours très appréciées en France. — En italien, les idées de la politesse et de l'élégance paraissent avoir joué

un

rôle important à en juger d'après le nombre considérable des expressions dans le contenu sémantique des­quelles elles figurent. Sauf les termes désignant la beauté élégante, ce sont encore de nombreux mots qualifiant la beauté agréable: avvenente, aggraziato, polito, gentile, garbo, squisito, raffinato, distlnzione et autres. Serait-ce l'influence de la culture raffinée

et du

goût des arts aux cours de nombreux souverains italiens, surtout à l'époque de la Renaissance? — En roumain, l'aire de la beauté agréable est dominée par les dérivés de drag (,,cher, aimé“). Leur nombre élevé, ainsi que leur fréquence, semblent témoigner du fait que l'élément affectif y joue un rôle très important dans l'idée de

la

beauté agréable et nous fait supposer l'existence de liens assez étroits en Ire cette dernière et la notion de chérir ou d'être cher à quelqu'un. Cette hypothèse se trouve

confirmée

aussi par le langage familier qui, pour désigner

la

beauté agréable, fait usage même de

scump

..cher (coûteux ou aimé)“.

Le fait qu'en français il y a beaucoup moins d'expressions impliquant

l'idée

de la beauté que dans les autres langues romanes, s'explique par les tendances puristes des théoriciens de la langue du 17e siècle. Le champ conceptuel de la beauté, ainsi que tout le lexique français, a été

appauvri

à celte époque qui a préféré, en matière de la langue, la clarté et l'élégance à la quantité

et

à la richesse, ce qu'on essaiera de

démontrer

dans une étude diachromque.

8° Les mots provenant de la même sphère n'entrent pas

toujours

dans la même aire du champ, par exemple les termes appartenant originairement au domaine du surnaturel et de la magie pénètrent les uns dans l'aire de la beauté supérieure, les autres dans celle de la beauté agréable. Appartiennent généralement au premier groupe les mois qui, même appartenant

au

champ du surnaturel, impli-quenl la notion de l'extraordinaire et celle de l'admirable, tels par exemple

mi-

rabilia et

prodigium

en latin, maravilloso, prodigïoso en espagnol, merveilleux et prestigieux en français, meraviglioso et prodigioso en italien

et

mini mat

et

prodi-

gios en roumain. Font partie du second groupe avant tout les mots relatifs à la sorcellerie et impliquant la notion de l'attrait (surnaturel) et de la séduction. En français, les mots en question ne sont pas répartis dans les deux groupes avec la même netteté que dans les autres langues romanes,

9° II arrive que même des mots dérivés d'un seul et même radical appartiennent à des aires différentes, par exemple en espagnol et en italien, gala est du nombre

166

des termes désignant la beauté d'un haut degré et relative à la richesse, tandis que galante

et

galanteria

en italien et galdn, galano et galanura en espagnol appartiennent à Faire de la beauté élégante. — Même un seul mot peut figurer dans deux aires diverses (cf. perpulcher, etc. sous 6°). Le français chouette et l'italien civettiiolo font partie de l'aire de l'élégance aussi bien que de celle de la beauté agréable. En italien, bellezzina appartient au centre du champ et à l'aire de la beauté agréable. Pulchrificare et pulchrificativus en

latin,

embellir, em­bellissement, enjoliver

et

enjolivement en français, ainsi que les équivalents de ces mots dans les autres langues romanes, sont membres du centre du champ aussi bien que de l'aire de l'ornement.

Généralement la différence de sens entre les mots dérivés à parlir d'un seul radical n'est pas şi grande. D'ordinaire, ils appartiennent à la même aire, mais ils ne sont pas également éloignés du centre. Les adjectifs tels que esp.

magnifico,

espléndido,

suntuoso, fr. magnifique,

splendide,

somptueux, it. magnifico, son-tuoso se sont plus rapprochés du centre (de hermoso, beau, bello) que les substan­tifs esp. magnificencia. esplendor, suntuosulad, fr. magnificence, splendeur, somptuosité,

it.

magnificenza, sontuosità qui sont restés sémantiquement plus distincts dp

hermosura,

beauté, bellezza. Certains substantifs, tels que l'italien superbia,

n'ont

môme pas pénétré dans le champ de la beauté bien que les ad­jectifs des mêmes radicaux y figurent, par exemple superbo. On peut vérifier le même fait en français: la superbe des rois un temps superbe.

i 0° Un seul et même mot peut appartenir, selon le contexte, à deux ou plu­sieurs champs, car la plupart des mots qui ont pénétré, au sens figuré, dans un autre champ, gardent, en même temps, leur place dans leurs champs d'origine s'ils continuent à être employés au sens propre. Au surplus, un mol peut figurer dans deux ou plusieurs aires du même champ. Dans toutes les langues romanes (et autres), plusieurs termes désignant la beauté physique peuvent indiquer aussi la beauté morale ou spirituelle.

11° Les expressions concernant l'élégance cl l'ornement s'emploient souvent avec une nuance péjorative qui peut les faire sortir du champ de la beauté et entrer dans celui du ridicule ainsi que l'emploi ironique peut les faire passer dans celui de la laideur. — Même d'autres termes peuvent évidemment être infectés par une nuance péjorative. Il arrive que les termes analogues 2010-07-19 18:44 Читать похожую статью
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • Контрольная работа
  • © Помощь студентам
    Образовательные документы для студентов.